\

DE SNOWBOARDER PROFESSIONNEL À L’UN DES BARBIERS ET PROPRIÉTAIRES DE SALON DE BARBIER LES PLUS INFLUENTS DU CANADA.

MEET JON ROTH FROM CROWS NEST BARBERSHOP.

CI-DESSUS : Joh Roth, au salon de barbier Crows Nest, portant une chemise de travail Dickies 1574.  1574 Workshirt.
Modèle présentement en stock.

RENCONTREZ JON ROTH DU SALON DE BARBIER CROWS NEST

Où a-t-il fait ses débuts?

Entreprise :
Crows Nest Barbershop.
Fondateur :
Jon Roth
Emplacement :
Toronto (Ontario)
Fondation :
2010
Rôle :
Founder

« Le parcours m’ayant conduit à devenir barbier fut long et plutôt improbable. J’ai grandi en faisant du skate et du snowboard dans les années 1980, ce qui m’a permis d’être commandité comme skater, d’abord, puis comme snowboarder par la suite. J’ai intégré l’équipe nationale de snowboard, je suis parti dans l’Ouest et j’y ai vécu, je suis devenu un snowboarder professionnel et j’ai fait ça pendant un bout de temps. Quand ma carrière s’est mise à dégringoler, je me suis tourné vers le marketing et la gestion d’athlètes pour une marque de snowboard. Je suis ensuite retourné en Ontario, mais j’aimais déjà passer du temps dans les salons de barbier – j’appréciais l’expérience, le service et l’ambiance générale. À Vancouver, j’avais rencontré un barbier de mon âge, et ça m’avait fait réaliser que ce métier n’était pas réservé aux personnes de 60 ans et plus; ça a piqué ma curiosité, puis les choses se sont mises à débouler. »

« J’ai commencé ma carrière de barbier il y a 13 ans, en 2006 – période pendant laquelle j’ai commencé officiellement mon apprentissage –, mais je m’exerçais en coupant les cheveux de mes amis depuis des années. J’aurais fait n’importe quoi pour pouvoir perfectionner mes compétences. »

« J’ai décidé d’ouvrir mon propre salon un peu par défaut. Je n’en avais pas vraiment l’intention ni l’ambition, surtout pas à ce moment-là de ma carrière. Je travaillais pour un gars, et nos champs d’intérêt s’éloignaient de plus en plus. Un de mes amis proches m’a offert son local au sous-sol du Kensington Market et, avec d’autres amis, on s’est rassemblés pour lui donner un peu d’amour. Et regardez où nous sommes neuf ans plus tard. »

« Les choses ont beaucoup changé depuis les débuts. J’ai commencé seul dans un sous-sol, puis tranquillement, de bonnes personnes se sont jointes à moi, d’autres sont parties, et aujourd’hui, nous avons 7 salons et 30 employés; c’est super. Ce fût un parcours mouvementé, mais je suis très fier de nos réussites. »

« Pour le premier salon, on a vraiment fait les choses par nous-mêmes, sans trop de moyens et avec des amis, du cœur au ventre et beaucoup d’huile de coude. Aujourd’hui, nos salons incarnent cet esprit. Quand on ouvre un nouveau salon, on ne dépense pas nécessairement des centaines de milliers de dollars. On fait simplement ce qu’on sait faire le mieux, soit être le plus créatif possible sans faire trop de folies et de dépenses excessives. »

Top image: Jon Roth: Jon gives his staff the opportunity to grow with it, allowing them to shape each shop to make sure it's suited to them.

Jon aime soutenir les gens qui sont soucieux de ce qu’ils font, et il le fait avec passion et authenticité.

Images of Jon Roth at his Crows Nest Barbershop.

« Tout le monde ici se sent vraiment à sa place. » – Jon Roth

Pourquoi le fait-il

« Il existe beaucoup de salons de nos jours (et je ne le dis pas de façon négative) où les gens peuvent travailler sans investir trop de temps ni d’effort. Dans nos salons, nous sommes très stricts et exigeants quant à notre programme d’apprentissage. Tout le monde participe au recrutement des bonnes personnes et à leur formation. Il ne suffit pas de postuler et d’être embauché. Nous faisons preuve de rigueur et de stratégie en ce qui concerne la formation d’une bonne équipe. »

« Je crois qu’on est tous très passionnés, c’est pourquoi nous avons tant de succès : tout le monde se soucie réellement de son rôle, de la profession, du service à la clientèle, de l’environnement de travail et de l’expérience globale. Je crois que ça transparaît dans tout ce qu’on fait ici, et nous sommes privilégiés de voir les gens revenir pour le vivre. »

« Je ne crois pas que nous incarnions un pilier dans quelque domaine que ce soit, mais nous avons assurément été parmi les premiers à exercer le métier de cette façon. Nous étions là au moment où la profession renaissait de ses cendres, et je pense que notre longévité a pu en inspirer certains à devenir barbiers. Issues du monde du skate ou du snow, de la contre-culture ou d’autres horizons, ces personnes réalisent qu’elles peuvent occuper une autre profession et avoir une belle vie après leur carrière, et qu’elles peuvent rester liées à l’industrie les ayant vus évoluer autant qu’à la nouvelle, en plus de travailler avec des gens qui partagent leur vision. Dans cette optique, je crois que nous avons pu inspirer les gens et leur montrer qu’il existe d’autres avenues, mais en ce qui concerne tout le reste, je ne dirais pas que nous sommes au sommet de la pyramide. »

Tools of his trade.

Jon Roth à l’œuvre dans son salon de barbier.

Pourquoi le fait-il

« Jon aime soutenir les gens qui sont soucieux de ce qu’ils font, et il le fait avec passion et authenticité. La vision de Jon et de l’équipe de Crows Nest a toujours été limpide : communiquer de la meilleure façon possible leur approche de la coiffure. Jon donne l’occasion aux membres de son personnel de grandir dans ce contexte ouvert, afin qu’ils puissent modeler chaque salon à leur image.»

« Jon aime soutenir les gens qui sont soucieux de ce qu’ils font, et il le fait avec passion et authenticité. La vision de Jon et de l’équipe de Crows Nest a toujours été limpide : communiquer de la meilleure façon possible leur approche de la coiffure. Jon donne l’occasion aux membres de son personnel de grandir dans ce contexte ouvert, afin qu’ils puissent modeler chaque salon à leur image.»

« Je ne crois pas que nous incarnions un pilier dans quelque domaine que ce soit, mais nous avons assurément été parmi les premiers à exercer le métier de cette façon. Nous étions là au moment où la profession renaissait de ses cendres, et je pense que notre longévité a pu en inspirer certains à devenir barbiers. Issues du monde du skate ou du snow, de la contre-culture ou d’autres horizons, ces personnes réalisent qu’elles peuvent occuper une autre profession et avoir une belle vie après leur carrière, et qu’elles peuvent rester liées à l’industrie les ayant vus évoluer autant qu’à la nouvelle, en plus de travailler avec des gens qui partagent leur vision. Dans cette optique, je crois que nous avons pu inspirer les gens et leur montrer qu’il existe d’autres avenues, mais en ce qui concerne tout le reste, je ne dirais pas que nous sommes au sommet de la pyramide. »

« Je crois qu’on est tous très passionnés, c’est pourquoi nous avons tant de succès : tout le monde se soucie réellement de son rôle, de la profession, du service à la clientèle, de l’environnement de travail et de l’expérience globale. Je crois que ça transparaît dans tout ce qu’on fait ici, et nous sommes privilégiés de voir les gens revenir pour le vivre. »

Suivez Jon Roth: Crows Nest Website |  Twitter |  Facebook |  Instagram

Découvrez notre sélection de

vêtements de travail pour hommes→